12 septembre 2016 / 21 h 52 / L’amour véritable

Marina Castaneda commente : « Nous pouvons observer ici un phénomène assez courant, qui est la disqualification de l’amour chez les homosexuels : ce qu’ils vivent, ce n’est pas de l’amour, mais une combinaison plus ou moins superficielle, plus ou moins satisfaisante, de sexe et d’amitié. Alors, quand l’homosexuel dit qu’il est amoureux, le thérapeute entend dépendance ou exagération névrotique. Nous pourrions peut-être parler d’une prétention au monopole de l’amour de la part des hétérosexuels, où le seul attachement authentique est celui qui existe entre un homme et une femme : pour eux, ce que peuvent sentir deux personnes du même sexe n’est qu’un pâle reflet de l’amour véritable. »

Les 400 culs, Agnès Giard : “Quand l’homosexuel dit qu’il est amoureux, le thérapeute entend dépendance”.

  • 1. Le 13 septembre 2016,
    xave

    Plot twist: l’amour des hétéros, c’est aussi de la dépendance.

  • 2. Le 14 septembre 2016,
    Karl, La Grange

  • 3. Le 21 septembre 2016,
    boronali

    “L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches.” L. F. Céline

    Les homos ont eu droit au mariage, ne peuvent-ils pas se cantonner au devoir conjugal plutôt que de réclamer le droit à l’amour, quand même ?

    (permission de monter à bord mon capitaine ?)

  • 4. Le 4 octobre 2016,
    Adios

    Va falloir mettre un bon coup de hache dans la coque, ici !

blah ?

Le code HTML est affiché comme du texte. Vous pouvez utiliser la syntaxe Markdown.