Mot clef “montréal”

31 décembre 2015 / 00 h 50 / Enfin !

La neige ! La maudite marde blanche qu’on aime tant ! Promis, demain, j’installe mes pneus à clous.

“Enfin la neige !”, par Lëa-Kim Châteauneuf.

[YouTube.]

blah ?

2 octobre 2015 / 13 h 54 / The Anglican Church and Same-Sex Desire

The Anglican Church and Same-Sex Desire.

[YouTube.]

Cathédrale Christ Church (Montréal).

À la cathédrale, nous sommes fiers d’accueillir les personnes LGBTQ comme membres à part entière de notre communauté.

Le drapeau arc-en-ciel est affiché au mur près de l’entrée principale pour attester publiquement de notre appui à cette communauté. Depuis quelques années, pour montrer notre engagement, nous avons participé à la Journée communautaire et au défilé de la Fierté Montréal.

Bien qu’il n’y ait pas de groupe LGBTQ officiel à la cathédrale, ceux et celles qui le souhaitent se rencontrent régulièrement pour participer à des activités ponctuelles, telles que la messe OUT, des activités saisonnières, des BBQ ou des groupes de discussion.

Si vous êtes une personne LGBTQ, si vous considérez vous joindre à nos liturgies, ou si vous cherchez tout simplement une communauté chrétienne où vous vous sentez à l’aise, venez nous voir.

Cathédrale Christ Church : “LGBTQ”.

Ce serait probablement mon église si je n’étais pas agnostique.

blah ?

23 septembre 2015 / 11 h 26 / Lapsus Coderre

« Mon but, c’est de s’assurer qu’on trouve cet équilibre entre les besoins de la communauté et le vélo. » [Denis Coderre.]

La Presse, Daphné Cameron : “Piste cyclable Brébeuf : bisbille autour d’un terre-plein”.

Ça a le mérite d’être clair, les cyclistes ne font pas partie de la communauté, sont en marge, en opposition. La communauté, c’est quand même les vraies gens qui roulent en char, tsé…

blah ?

22 septembre 2015 / 14 h 19 / Chantez-vous le franglais ?

Montreal is fast becoming a Franglais city in which most of its young people are proficient in both French and English – and their music is a reflection of that.

[…] For a genre [rapping] in which fun and sophisticated wordplay are so important, having the sounds, rhythms and vocabulary of two languages at your disposal caters for enormous lyrical creativity, especially in terms of rhymes. “We match rhymes from different languages all the time,” says Loud, one of the two MCs in Loud Lary Ajust. “There are only so many rhymes in one language and everyone uses them all the time, but when you make words from different languages rhyme, those are probably being used for the very first time.”

The Guardian, Huw Oliver : “Parlez-vous Franglais? Montreal’s bilingual rappers speak their own language”.

blah ?

12 septembre 2015 / 03 h 29 / Sauvetage de minou

Sauvetage de chat au pont Jacques Cartier

MONTRÉAL – Un chat resté prisonnier sous le tablier du pont Jacques-Cartier a été le sujet d’un sauvetage spectaculaire jeudi soir à Montréal.

Pour une raison encore inconnue, le minet était resté coincé dans la structure sous le tablier du pont pendant plusieurs heures au-dessus de citoyens impuissants.

« On entendait des miaulements très forts, mais on ne savait pas d’où ça venait. On a réalisé qu’un chat était coincé sous le tablier du pont. Il était très haut. La seule façon de s’en sortir pour lui aurait été en tombant », témoigne l’ex-animateur de télévision et radio, Louis Lemieux, qui se trouvait sur place.

Une vingtaine de citoyens s’étaient alors attroupés sous le pont. Certains ont appelé la police ou encore la SPCA. Des résidents sont même allés jusqu’à la caserne la plus proche. « On était frustré, car on nous disait qu’on ne pouvait pas intervenir pour des chats », se rappelle-t-il.

Finalement, quelques minutes plus tard, un camion de pompier arrivait sur les lieux. Ils ont d’abord hésité étant donné la hauteur du pont, explique M. Lemieux, mais ils ont tout de même déployé leur échelle pour tenter d’atteindre le félin. Les sapeurs ont par la suite pu mettre la main sur le petit animal et assurer sa descente en toute sécurité.

L’ancien animateur s’est tout de suite proposé pour emmener le chat chez lui. « Elle était affamée. Elle a mangé trois boîtes de nourriture d’un coup, dit-il. Elle devait être coincée depuis un bon bout de temps sous le pont. » Louis Lemieux et sa conjointe devaient l’emmener chez le vétérinaire hier en soirée pour vérifier si elle était dotée d’une micropuce qui permettrait de retracer le propriétaire. Mais si c’est le cas, cela leur briserait le cœur. « Elle est affectueuse à un point ! Elle n’arrête pas de se coller à nous. Elle veut qu’on la caresse. Dès qu’on quitte la maison, elle miaule. Elle nous a gardés éveillés toute la nuit », dit-il en riant. En attendant, le couple l’a surnommé Joséphine-Charlotte. « On voulait garder les initiales de JC pour Jacques Cartier », explique-t-il.

Journal de Montréal, Caroline Pailliez : “Un chaton sauvé sous le pont Jacques-Cartier”.

Sauvetage de chat au pont Jacques Cartier

[Photographies de Louis Lemieux.]

Mise à jour : Joséphine-Charlotte n’est pas pucée.

blah ?

10 septembre 2015 / 04 h 58 / Stie de cycliste

Je ne suis pas un cycliste.

10 ans comme conducteur de voiture à Montréal. 5 ans en région. Et pourtant, aucune haine ou frustration particulière envers les cyclistes. Je sais, c’est moi le niaiseux, du moins, à voir le nombre de gens en colère, c’est clairement moi qui ne comprends pas quelque chose. Qui ne comprends pas comment les cyclistes sont la pire nuisance sur terre en ce moment. Il y a pire que l’État islamique, il y a l’État cycliste !

Effectivement, un bon nombre d’entre eux ne respectent pas toujours les codes de la route. Et pour être honnête, avoir un vélo, je ferais fort probablement la même chose. M’arrêter à un arrêt en voiture me demande le très petit effort de peser sur le frein, ensuite sur l’accélérateur. Pas beaucoup de sueur d’impliquée. En vélo, c’est une autre paire de manches. Être un cycliste, je les brûlerais les feux rouges, ainsi que les stops. Après bien sûr m’être assuré qu’il n’y avait personne qui s’en venait. Un vrai petit rebelle sur deux roues. Un Hell’s Angel du Bixi.

Je me sens probablement plus près du cycliste qui ralentie un peu, regarde des deux cotés de la rue et passe sur le feu rouge, que de l’automobiliste qui cri à tue tête aux gars en cuissard un tas de bêtise, la bave à la bouche et la rage au cou. Jugeant d’ailleurs que c’était une bonne idée d’immortaliser sa performance d’homme de Cro-Magnon à l’aide de la caméra gopro sur son dash de char.

Ce que j’adore, c’est de voir le calme des cyclistes. Qui réagissent souvent uniquement par un regard hébété. Parce que les insultes du pitbull leur coulent sur leur dos, comme sur le dos… d’un gars habillé de la tête au pied en cuissard :-)

Je me fais couper, frôler, accoter, au moins 10 fois plus souvent par des voitures dans une journée, qu’il ne m’arrive de vivre une situation de danger avec un cycliste. Je n’ai pourtant aucune envie de produire et partager une vidéo pointant du doigt chaque conducteur de voiture : « Check lé ! Check lé ! L’os$# de mang$% de mar?% qui ne mets pas son clignotant quand il tourne ! »

D’où vient cette colère ? Je parierais un cinq cents de psychologie sur leurs propres insatisfactions envers leur vie. Quelque chose ne sait pas passé comme il le souhaitait. Une amertume qui est née de l’endroit d’où ils arrivent de l’endroit où ils se rendent. En gros, sont pas heureux où ils sont.

Conseil aux gens en colère. Arrange-toi donc pour aller à des endroits qui te tentent. Arrange-toi donc pour arriver d’un endroit où il était plaisant d’être. Arrange-toi donc pour être heureux. Probablement que la minute que tu crois perdre, à cause du cycliste trop lent à ton goût, te permettra de prendre le temps de réfléchir à tout ce que tu as, de l’apprécier et peut-être même te donner le temps de sourire :-)

Facebook, Louis T. : “Je ne suis pas un cycliste.”

blah ?