Mot clef “technologie”

21 janvier 2016 / 07 h 17 / Infomania

I was recently described, to my face, as a “modern digital junkie.”

This diagnosis was given to me, half in jest, by Dr. Dimitrios Tsivrikos, consumer psychologist at University College London, when I described my symptoms to him. After spending my workday tapping, swiping and emailing, I come home and — despite my exhaustion and twitching eyes — I want to consume more online. But I’m not even absorbing the articles, tweets and posts that I peruse. I’m just skipping from page to page, jumping from link to link.

There’s another word for my problem. It’s infomania, defined by the Oxford dictionary as “the compulsive desire to check or accumulate news and information, typically via mobile phone or computer.” And I’m far from alone.

Kelsey Lakowske, a listener in California, emailed me in desperation. “I want to read all these articles about everything from the latest scientifically engineered sugar substitute to an in-depth analysis of Donald Trump’s hair,” she said. “It’s like a different flavor of FOMO.… It’s fear of missing out, but missing out on content — and on knowledge. With limited time and mental resources, there’s no way to get through it all.” […]

Los Angeles Times, Manoush Zomorodi: “Hi, I’m a digital junkie, and I suffer from infomania.”

  • 1. Le 22 janvier 2016,
    blah

    Je commençais justement à me dire que je devrais m’obliger à tenir un journal de lecture pour les articles que je lis en ligne, en les étiquetant par sujets, appréciation, etc. ça m’obligerait à me concentrer suffisamment sur ce que je lis, à choisir mes articles avec plus de précaution, donc à en consommer moins, et avec un peu de chances cela rendrait plus probable le fait que les “connaissances” apportées me servent plus tard.

    Donc faut que j’écrive un blog, avec des tags… Je devrais choisir un thème genre la mer pour le nom, et je publierais des extraits d’article avec mes remarques… Novateur comme concept, non ?

27 décembre 2015 / 17 h 23 / Cashless society

[…] Despite the convenience, even some who stand to gain from a cashless society see drawbacks.

“Sweden has always been at the forefront of technology, so it’s easy to embrace this,” said Jacob de Geer, a founder of iZettle, which makes a mobile-powered card reader.

“But Big Brother can watch exactly what you’re doing if you purchase things only electronically,” he said.

But for Ulvaeus, the music magnate, such concerns are overblown.

“Everything speaks in favour of a cashless society,” he said as he strolled past the Abba Museum to retrieve his car. “It’s a utopian thought, but we’re very close to it.”

He paused at a hot-dog stand for a snack. But when he was ready to pay, the card reader was broken.

“Sorry,” the vendor said. “You’ll have to use cash.”

The New York Times / National Post, Liz Alderman: “Where even banks won’t take cash anymore: Sweden could become first cashless society.”

  • 1. Le 28 décembre 2015,
    Karl, La Grange

  • 2. Le 28 décembre 2015,
    Karl, La Grange

    L’argent physique a plus d’un tour dans son sac. Résilience, Anonymat, etc. Surtout dans le cadre des petites transactions. D’un autre côté, le système de cashless quand il est bien fait peut-être pratique aussi. Cependant pas sur la carte de paiement bancaire.

    J’aime la possibilité au Japon d’acheter ma carte SUICA (pour prendre train/métro/bus pratiquement partout au Japon) au guichet automatique. Elle a un numéro de série, mais n’est pas attachée à une quelconque identité. On peut la recharger à l’envie au guichet automatique des gares. Elle débite automatiquement quand on valide à l’entrée et à la sortie du trajet. Mais elle permet également de payer de plus en plus dans de nombreux magasins qui ont des sabots pour, y compris les distributeurs dans la rue et sur les quais de gare.

  • 3. Le 28 décembre 2015,
    blah

    Impressionnant de voir le paiement électronique appliqué aussi bien à la quête à l’église qu’aux sans abris qui vendent des journaux dans la rue.

    Aussi, comme souvent dans la révolution numérique, on en profite pour rendre payant le nouveau mode de transaction, alors qu’il est déjà moins coûteux en soi.

  • 4. Le 29 décembre 2015,
    Karl, La Grange

    To be entitled to ‘section 4 support’, asylum seekers must show that they are unable to return to their country of origin and that they are destitute. A support system which denies people access to cash support and which keeps them in extreme poverty is inhumane and degrading but moreover it fails to meet the UKBA’s stated objectives of encouraging returns. It serves only to reinforce the government’s propaganda agenda that asylum seekers are willful scroungers who must be publicly outed and kept on the very margins of society. — A cashless society: the other side of the coin, 22 décembre 2010 par Anne Singh

  • 5. Le 29 décembre 2015,
    Karl, La Grange

    Dans la notion de cashless society, on oublie souvent le principe bi-directionnel du cash. Tout le monde peut potentiellement payer ou recevoir des sommes d’argent équivalentes sans systèmes coûteux. Le problème est peut-être aussi en partie là. Le fait qu’il y a une forte dissymétrie. Ce n’est pas tant du cashless que du DebitOnly. Pour qu’un système soit plus égalitaire il faut permettre la réciprocité d’actions.

  • 6. Le 29 décembre 2015,
    Karl, La Grange

    Remettre votre patrimoine dans des mains privées ne vous effraie pas parce que c’est déjà là qu’est l’essentiel de vos économies ? L’État pourra bloquer, filtrer, interdire, contrôler en détail tout échange. Aujourd’hui ça semble ridicule mais ça aurait fait peur il y a 55 ans en Algérie, il y a 70 ans en France, il y a encore 100 ans en France, et on peut probablement remonter plus loin par sauts de 30 à 70 ans maximum. — [Chez Éric](https://n.survol.fr/n/where-even-banks-wont-take-cash-anymore-sweden-could-become-first-cashless-society}

blah ?

19 septembre 2015 / 14 h 35 / OpenROV Trident

OpenROV Trident

L’OpenROV Trident est une caméra sous-marine télécommandée (ROV signifiant Remotely Operated Vehicle). Ce modèle est l’aboutissement d’un projet démarré en 2012 par David Lang et Eric Stackpole. Un premier sous-marin avait été alors lancé avec l’aide de KickStarter (OpenROV, The Open Source Underwater Robot).

Le Trident, plus petit et au design beaucoup plus abouti, a été aussi lancé sur KickStarter, lundi dernier, et a déjà obtenu 485 084 $ sur un objectif de 50 000 $.

L’outil peut certainement intéresser tout propriétaire de bateau souhaitant inspecter facilement ses œuvres vives. C’est aussi un merveilleux outil éducatif.

David Lang et Eric Stackpole

[David Lang et Eric Stackpole tenant le premier modèle d’OpenROV. Photographie Christopher Michel.]

Site web : www.openrov.com.

blah ?